Log in

AVIS

ATTENTION la Mairie ne délivre plus de carte d'identité,
merci de vous adresser aux mairies suivantes :
Cognin, Barby ou la Motte Servolex.

Guide des droits et des démarches administratives

VOS DROITS ET DÉMARCHES : Incitation à la haine raciale

La loi punit les actes de racisme comme l'incitation à la haine raciale. Toute personne peut signaler aux forces de l'ordre de tels propos tenus sur internet.

De quoi s'agit-il ?

Définition générale

L'incitation à la haine raciale est lorsque qu'on cherche à provoquer la haine contre des personnes en raison de leur religion ou de leur origine ethnique ou nationale. C'est un délit.

L'incitation à la discrimination et à la violence pour les mêmes critères ethnique, religieux ou nationaux est également punie.

Les personnes visées peuvent être

  • un groupe de personnes non dénommées (tels pratiquants d'une religion, telle nationalité...)

  • ou une ou plusieurs personnes précisées et désignées par leur nom.

L'incitation à la haine raciale est punie quel que soit le nombre de témoins.

Une incitation à la haine raciale peut être :

  • publique, si elle a pu être lue ou entendue par plusieurs personnes sans lien entre elles : propos tenus dans la rue, sur un réseau social public....

  • ou privée, si elle n'a été lue ou entendue que par quelques personnes liées entre elles : sur un réseau social restreint à quelques amis, lors d'une réunion professionnelle...

La distinction entre propos publics et non publics est la même que dans les cas d'injure.

Différence avec l'injure raciste

L'incitation à la haine raciale se différencie de l'injure.

L'injure ne vise qu'à blesser la cible des propos. À l'inverse, l'auteur d'une incitation à la haine raciale cherche aussi l'adhésion des témoins de ses propos. Les propos doivent avoir été prononcés dans des termes et dans un contexte impliquant une volonté de leur auteur de convaincre d'autres personnes. Par exemple, si on invite d'autres internautes à des actes violents contre un groupe religieux.

Différence avec la diffamation raciste

L'incitation à la haine raciale concerne des propos haineux ou violents mais sans accusation précise. Accuser un groupe ou une personne d'un fait précis pourtant atteinte à l'honneur (telle infraction, tel comportement...) est un cas de diffamation. Par exemple, si on accuse tel groupe ethnique de fraude sociale, c'est un cas de diffamation raciste et non une incitation à la haine raciale.

Signaler des propos tenus sur Internet

Tout personne peut signaler aux forces de l'ordre des propos relevant de l'incitation à la haine raciale et tenus sur Internet (sur un réseau social, sur un forum...).

Téléservice : Signaler les contenus internet illégaux à la police

Saisie de la justice pénale

Le procureur peut saisir lui-même le tribunal en vue d'un procès s'il constate de tels propos.

L'auteur des faits peut également être poursuivi par une association de lutte contre le racisme. Cette dernière peut se constituer partie civile et demander des dommages-intérêts. L'association peut saisir directement le tribunal avec une citation directe par exemple.

La personne nommément visée par des propos publics ne peut pas saisir elle-même le tribunal. Elle doit s'associer à la plainte d'une association ou aux poursuites lancées par le procureur.

Il n'est pas possible de porter plainte en tant que simple citoyen.

Le délai de prescription (délai pour lancer les poursuites) se calcule à partir de la date de publication ou de prononciation des propos. Ce délai est de :

  • 1 an pour une incitation publique,

  • 3 mois pour une incitation non publique.

À savoir : le procureur ou une association de lutte contre le racisme peut demander la fermeture d'un site incitant à la haine raciale au juge des référés. La fermeture est mise en place par l'hébergeur du site. Il est également possible demander le blocage des visites depuis la France. Ce blocage est mis en place par les fournisseurs d'accès à internet.

Sanctions encourues

* Cas 1 : Propos publics

Incitation à la haine racial - Propos publics - Peine

Type d'infraction

Délit

Peine de prison

1 an

Amende

45 000 €

Le procureur peut aussi mettre en place des mesures alternatives aux poursuites comme un stage de citoyenneté.

À savoir : les personnes poursuivies ne peuvent pas être jugées en comparution immédiate.

* Cas 2 : Propos non publics

Incitation à la haine racial - Propos non publics - Peine

Type d'infraction

Contravention

Peine de prison

Aucune

Amende

1 500 €

Le procureur peut aussi mettre en place des mesures alternatives aux poursuites comme un stage de citoyenneté.

Modifié le 20/03/2017
source www.service-public.fr

Paramétrages de cookies

×

Cookies fonctionnels

Ce site utilise des cookies pour assurer son bon fonctionnement et ne peuvent pas être désactivés de nos systèmes. Nous ne les utilisons pas à des fins publicitaires. Si ces cookies sont bloqués, certaines parties du site ne pourront pas fonctionner.

Mesure d'audience

Ce site utilise des cookies de mesure et d’analyse d’audience, tels que Google Analytics et Google Ads, afin d’évaluer et d’améliorer notre site internet.

Contenus interactifs

Ce site utilise des composants tiers, tels que ReCAPTCHA, Google Maps, MailChimp ou Calameo, qui peuvent déposer des cookies sur votre machine. Si vous décider de bloquer un composant, le contenu ne s’affichera pas

Réseaux sociaux/Vidéos

Des plug-ins de réseaux sociaux et de vidéos, qui exploitent des cookies, sont présents sur ce site web. Ils permettent d’améliorer la convivialité et la promotion du site grâce à différentes interactions sociales.

Autres cookies

Ce CMS Joomla utilise un certain nombre de cookies pour gérer par exemple les sessions utilisateurs.